Les Mots chantant

Les Mots chantant

On attend, Quelques Bourgeons fanés du recueil Les Bourgeons d'automne

Le 05 avril 2007,

 

On attend

 

Un jeune enfant errait dans les rues

Le cœur triste et le pied nu

Des haillons pour le réconforter

Car le dieu des Hommes l’avait mis, totalement esseulé,

Sur une terre sans nom

Il était comme en prison

 

Son cœur en poche, il se nourrit d’amour

Car les poches vides, il ne peut qu’espérer

On ne le remarque pas, on préfère l’éviter

Aux larmes de ses yeux, on se rend sourd

Aux pleurs de ses lèvres, on ferme les yeux

Et on attend qu’agisse un dieu

 

Ce jeune enfant erre toujours dans les rues

Le cœur triste et le pied nu

Personne ne s’est encore arrêté pour lui tendre la main

Comme si dans un langage incertain

Le dieu des Hommes sans nom

Leur avait interdit d’ouvrir sa prison

 

Son cœur en poche, il se nourrit d’amour

Car les poches vides, il ne peut qu’espérer

On ne le remarque pas, on préfère l’éviter

Aux larmes de ses yeux, on se rend sourd

Aux pleurs de ses lèvres, on ferme les yeux

Et on attend qu’agisse un dieu.

 

Priscilla



19/06/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres